QATAR 2022 ou comment laver son image grâce à un événement sportif

Young group of friends watching sport on television

La Coupe du monde de football n’est plus qu’à quelques mois de son ouverture et les supporters du monde entier sont confrontés à la perspective de voir le Qatar devenir l’hôte de l’événement, alors même que le pays a fait parler de lui pour son bilan inquiétant en matière de droits de l’homme. Aujourd’hui, nous nous intéressons au Qatar et à deux cas célèbres de « sportswashing », c’est-à-dire l’utilisation du sport pour donner une façade attrayante à un régime problématique.

  1. La honte olympique

Les Jeux olympiques de 1936 à Berlin, souvent appelés « Jeux olympiques nazis », ont été utilisés par Hitler pour projeter une vision de l’Allemagne comme un État puissant et moderne, pacifique et tolérant. Un an avant la tenue des jeux, le président de la U.S. Amateur Athletic Union, Jeremiah Mahoney, a tenté de convaincre les athlètes de boycotter Berlin. Mahoney fait remarquer que les jeux ne serviraient qu’à légitimer un régime qui avait exclu les « non-aryens » de l’athlétisme.

Le boycott de Mahoney reçoit initialement le soutien de la star de l’athlétisme Jesse Owens. Cependant, Owens change d’avis par la suite, en partie à cause de l’hypocrisie de la protestation contre le racisme en Allemagne. Comme l’a dit Larry Snyder, l’entraîneur d’Owens, en référence au racisme anti-Noir des États-Unis, « Pourquoi devrions-nous nous opposer à l’Allemagne pour faire quelque chose que nous faisons ici, chez nous ? ».

Owens a ensuite remporté quatre médailles d’or, tournant en dérision les affirmations d’Hitler sur la supériorité aryenne. Cependant, Susan Bachrach, historienne au United States Holocaust Memorial Museum, note que le journaliste politique du New York Times Frederick Birchall a déclaré après les jeux que les Jeux olympiques avaient « remis les Allemands dans le giron des nations et les avaient même rendus plus humains. » Trois ans plus tard, l’Allemagne envahit la Pologne.

2. L'Afrique du Sud de l'apartheid : Boycotter ou non

Le régime de l’apartheid en Afrique du Sud s’est servi du sport pour ajouter du lustre à son bilan catastrophique. Les tournées de rugby et de cricket, en particulier, étaient des plates-formes sur lesquelles le gouvernement mettait en avant l’apparente normalité de la ségrégation raciale, les équipes internationales affrontant des équipes noires improvisées pour donner l’impression d’une société « séparée mais égale ».

Le mouvement de boycott du sport sud-africain a commencé avec l’interdiction effective de l’Afrique du Sud par le Comité international olympique en 1964. La lutte des militants pour le boycott de l’athlétisme sud-africain, en particulier du rugby et du cricket, se poursuivra jusque dans les années 1980. Selon l’ex-sportif et historien sud-africain Andre Odendaal, c’est la combinaison des boycotts sportifs et des sanctions économiques qui a porté un coup fatal au régime d’apartheid. Ce n’est pas nécessairement parce que les Sud-Africains blancs ont changé d’avis sur la ségrégation, mais plutôt parce qu’ils en ont eu assez de leur statut de paria et de l’exclusion de leur pays des divertissements de choix.

C’est cette évolution du sentiment public qui a contribué à amener le président F.W. de Klerk à la table des négociations avec Nelson Mandela, selon Odendaal, qui souligne qu’il est important de remettre en question l’idée de « sacrifice » que les athlètes doivent endurer en étant interdits de jeu. Il a déclaré à OZY : « Si l’on compare la tragédie humaine de l’apartheid au malaise que certains sportifs ont ressenti pendant vingt ans, il n’y a pas d’équivalence. »

Source: OZy

Get Your Audio Mastered Instantly with CloudBounce.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Remontez
Share via
Copy link
Powered by Social Snap