Comment les gens votaient dans les élections de l’Antiquité.

Red wooden checkmark for voting on elections

À Athènes et à Rome, le vote pouvait donner lieu à des concours de cris, à des scrutins secrets et à un système électoral qui favorisait les riches.

Les citoyens des démocraties modernes ont utilisé diverses méthodes et technologies pour voter le jour des élections, mais comment les gens participaient-ils aux élections dans l’Antiquité ? Les historiens ont rassemblé quelques détails intrigants sur Athènes, la première et unique démocratie directe, et sur la République romaine, une quasi-démocratie où les classes les plus riches exerçaient plus d’influence que les travailleurs.

À Athènes comme à Rome, la participation au processus démocratique (le mot grec dēmokratia signifie « pouvoir du peuple ») était limitée aux dēmos, qui étaient des citoyens libres et masculins. Les femmes et les personnes asservies n’avaient pas le droit de vote.

Des représentants choisis par une machine aléatoire

Il y avait très peu d’élections à Athènes, car les Athéniens de l’Antiquité ne pensaient pas que les élections étaient le moyen le plus démocratique de choisir des représentants, explique Eric Robinson, professeur d’histoire à l’université de l’Indiana et éditeur de Ancient Greek Democracies : Readings and Sources. « Pour qu’une démocratie donne le plein pouvoir au peuple de diriger les choses, et pas seulement aux riches, il fallait choisir les gens au hasard. »

Pour décider qui siégerait au Conseil des 500, le principal organe directeur d’Athènes, les Athéniens utilisaient un système connu sous le nom de sortition. Il y avait 10 tribus à Athènes et chaque tribu était chargée de fournir 50 citoyens pour siéger pendant un an au Conseil des 500.

Chaque citoyen éligible recevait un jeton personnalisé et ces jetons étaient insérés dans une machine spéciale appelée kleroterion qui utilisait une technologie disparue depuis longtemps (impliquant des tubes et des boules) pour sélectionner au hasard la contribution de chaque tribu au conseil.

À l’Assemblée : Un homme, une voix

À Athènes, toutes les lois et les affaires judiciaires étaient décidées par l’Assemblée (ekklēsia), un organe démocratique massif dans lequel chaque citoyen mâle avait son mot à dire. Sur les 30 000 à 60 000 citoyens d’Athènes, environ 6 000 assistaient et participaient régulièrement aux réunions de l’Assemblée.

L’Assemblée se réunissait dans un amphithéâtre naturel au sommet d’une colline, appelé Pnyx, qui vient d’un mot grec signifiant « serré », et qui pouvait accueillir entre 6 000 et 13 000 personnes.

« Les Grecs n’avaient pas d’élections au sens où nous l’entendons, où l’on vote par correspondance ou l’on se rend dans une école ou une église pour déposer son bulletin de vote », explique Del Dickson, professeur de sciences politiques à l’université de San Diego et auteur de The People’s Government : An Introduction to Democracy. « Vous deviez être physiquement présent. C’est de là que vient le mot république (res publica signifie ‘un lieu public’ en latin). Vous alliez vous réunir avec d’autres citoyens et vous décidiez des questions soumises à l’Assemblée ce jour-là. »

L’ordre du jour quotidien de l’Assemblée était fixé par le Conseil des 500, mais ensuite toutes les lois et les politiques gouvernementales étaient soumises à un vote. Le vote se faisait en levant la main et le gagnant était déterminé par neuf « présidents » (proedroi). Les Athéniens faisaient très attention à éviter toute possibilité de tricher avec le système.

« Par exemple, les neuf compteurs de voix étaient choisis au hasard le matin juste avant que l’Assemblée ne se réunisse, il était donc très difficile de les corrompre », explique M. Robinson.

Quelques postes à Athènes étaient élus par l’Assemblée, le plus important étant celui des généraux de l’armée. Chaque année, 10 généraux étaient élus par un simple vote de l’Assemblée.

Pierres utilisées comme bulletins secrets

En plus d’adopter des lois, l’Assemblée rendait des verdicts dans tous les procès criminels et civils à Athènes. Au lieu d’un jury de 12 personnes, les jurys athéniens contenaient entre 200 et 5 000 personnes, explique Dickson. En outre, un membre du jury était choisi au hasard pour faire office de juge, non pas pour avoir le dernier mot, mais pour s’assurer que les règles et les procédures étaient respectées.

Alors que d’autres types de vote se déroulaient en public, les jurys athéniens votaient à l’aide d’un type particulier de scrutin secret impliquant des pierres.

Comme l’explique Robinson, chaque juré recevait deux petites pierres, l’une pleine et l’autre avec un trou au milieu. Au moment de voter, le juré s’approchait de deux urnes. Il déposait la pierre contenant son verdict réel dans la première urne et jetait la pierre inutilisée dans la deuxième urne. Personne ne pouvait savoir laquelle était la bonne.

Le mot grec ancien pour désigner une petite pierre ou un caillou est psephos et survit en anglais sous le nom de « psephology », l’étude statistique des élections et des modes de scrutin.

Élections spéciales pour l’ostracisme et l’exil

À Athènes, si une personnalité publique était déshonorée ou devenait tout simplement trop populaire pour le bien de la démocratie, elle pouvait être exilée pendant 10 ans par le biais d’une élection spéciale d' »ostracisme », un mot dérivé d’ostraka, le mot grec ancien désignant un tesson de poterie.

Dans une élection d’ostracisme, chaque membre de l’Assemblée se voit remettre un petit morceau de poterie et on lui demande de gratter le nom de quelqu’un qui mérite d’être exilé. « Si au moins 6 000 personnes inscrivaient le même nom, la personne ayant obtenu le plus de voix était expulsée d’Athènes pendant 10 ans », explique M. Dickson.

Un exemple célèbre est celui de Thémistokles, un héros militaire athénien de la bataille de Salamine contre les Perses, qui a été ostracisé en 472 avant J.-C. et est mort en exil. Il existe des preuves que les ennemis politiques de Thémistokles ont pré-gravé son nom sur des centaines ou des milliers de tessons de poterie et les ont distribués aux membres analphabètes de l’Assemblée.

À Sparte, un ancien  » applaudimètre « .

Athènes était la plus grande et la plus puissante des cités-États de la Grèce antique, mais chaque municipalité pratiquait sa propre forme de vote et d’élections, explique M. Robinson, qui a écrit un livre intitulé Democracy Beyond Athens.

Sparte, par exemple, n’était pas une démocratie, mais comportait certains éléments démocratiques. L’une des plus hautes instances dirigeantes de Sparte était le Conseil des anciens (gerousia), composé de deux rois spartiates et de 28 élus, tous âgés de plus de 60 ans, qui occupaient leur poste à vie.

« Pour pourvoir les sièges vacants, les Spartiates organisaient un style particulier d’élections criardes », également connu sous le nom de vote par acclamation, explique Robinson. « Chaque candidat entrait à tour de rôle dans une grande salle de réunion, et les gens criaient et acclamaient leur approbation. Dans une autre pièce, à l’abri des regards, des juges comparaient le volume des cris pour désigner les vainqueurs. »

Les élections romaines donnaient la « prérogative » aux riches

La République romaine a repris certains des principes de la démocratie athénienne, mais a divisé l’électorat par classe et a créé un système qui avantageait les riches, explique Dickson.

Au lieu de voter dans une seule assemblée géante comme à Athènes, les Romains avaient trois assemblées. La première, appelée Assemblée centuriate, élisait les plus hautes fonctions à Rome, notamment les consuls, les préteurs et les censeurs, et était l’assemblée chargée de déclarer la guerre.

Le vote à l’Assemblée centuriate commençait par la classe la plus riche et le décompte des voix s’arrêtait dès que la majorité des 193 membres du corps était atteinte. Ainsi, si tous les riches voulaient qu’un projet de loi soit adopté ou qu’un consul particulier soit élu, ils pouvaient voter en bloc et écarter les classes inférieures. En latin, le privilège de voter en premier était appelé praerogativa (traduit par « demander un avis avant un autre ») et est la racine du mot anglais prerogative.

Dans les deux autres assemblées romaines, l’assemblée tribale et le conseil plébéien, l’ordre des votes était déterminé par tirage au sort. À Athènes comme à Rome, les « tribus » n’étaient pas fondées sur le sang ou l’ethnie, mais sur la région géographique où l’on vivait. En ce sens, l’Assemblée tribale fonctionnait de manière similaire au Sénat des États-Unis, où chaque État est représenté de manière égale.

Scrutins secrets et campagnes électorales dans la République romaine

Certains aspects des élections de la République romaine sont toujours d’actualité. Le vote dans les assemblées a commencé comme le modèle athénien, chaque membre de l’assemblée levant la main et votant publiquement. Mais au fil du temps, il est devenu évident que de riches « sponsors » faisaient pression sur les membres de l’assemblée romaine pour qu’ils votent d’une certaine manière, si bien que le vote devait se faire en secret.

En 139 avant J.-C., Rome a introduit un nouveau type de vote secret. « Il s’agissait d’une tablette en bois recouverte d’une feuille de cire à l’extérieur », explique Robinson. « On écrivait son vote sur la feuille de cire, puis on déposait la tablette entière dans une urne. L’aristocratie a piqué une crise à ce sujet, car elle perdait une partie de son contrôle. »

Si vous pensez que la publicité pour les campagnes est une nuisance récente, les archéologues ont découvert des centaines d’exemples d’anciennes publicités pour les campagnes et de graffitis politiques griffonnés sur les murs de Pompéi. En ce qui concerne les campagnes officielles, M. Dickson explique que les candidats romains étaient limités à une ou deux semaines de campagne, et que la plupart d’entre elles se déroulaient en personne sur la place publique.

Source: History.

Get Your Audio Mastered Instantly with CloudBounce.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Remontez
Share via
Copy link
Powered by Social Snap