La tendance la plus chaude de 2022 : les dépenses militaires

L’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine a tiré la sonnette d’alarme aux pays européens qui ont laissé leur armée dépérir comme une plante domestique sans surveillance.

L’Allemagne a annoncé qu’elle allait acheter 35 avions de combat F-35 et 15 Eurofighters pour remplacer sa flotte gériatrique d’avions Tornado. Il s’agit du premier contrat important conclu par le pays depuis qu’il a annoncé le mois dernier une modernisation radicale de ses forces armées pour un montant de 112 milliards de dollars.

Pourquoi est-ce si radical ? Parce que l’Allemagne, honteuse des atrocités qu’elle a commises pendant la Seconde Guerre mondiale, a détourné des fonds de son armée pendant des décennies. Il en résulte un manque de préparation stupéfiant, et parfois comique :

Selon Bloomberg, plus de 20 % de l’armement de base de l’Allemagne n’est pas prêt au combat et seulement 40 % de ses hélicoptères sont disponibles pour un déploiement.
Lors d’un exercice militaire en 2014, une unité de chars a eu recours à des balais au lieu de mitrailleuses.
Ce sous-investissement n’est pas passé inaperçu aux États-Unis, qui se sont sentis comme l’ami qui doit toujours payer l’addition au dîner. L’ancien président Trump n’a cessé de taper sur les alliés de l’OTAN, et l’Allemagne en particulier, pour ne pas avoir respecté leur engagement de consacrer 2 % de leur PIB à la défense.

Poutine a changé tout cela
L’Allemagne, qui consacre actuellement ~1,5 % de son PIB à son armée, a annoncé le mois dernier son intention de porter ses dépenses de défense à plus de 2 % de son PIB. D’autres pays européens font de même :

La Suède (qui n’est pas membre de l’OTAN) a déclaré qu’elle allait porter ses dépenses militaires à 2 % du PIB « dès que possible », en invoquant la dégradation de la situation sécuritaire dans la région.
Le Danemark vise à atteindre 2 % du PIB en dépenses de défense d’ici à 2033. « Les temps historiques appellent des décisions historiques », a déclaré le Premier ministre danois, Mette Frederiksen.


Et les États-Unis ? La guerre en Ukraine a également fait évoluer les mentalités au Capitole. Les démocrates qui s’opposaient auparavant à l’augmentation des dépenses du Pentagone, comme le président de la commission des services armés, le Rep. Adam Smith, ont reconnu que la donne avait changé. « L’invasion russe de l’Ukraine a fondamentalement modifié notre position en matière de sécurité nationale et de défense », a déclaré M. Smith.

Et le Canada dans tout ça? Attendons voir.

Get Your Audio Mastered Instantly with CloudBounce.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Remontez
Share via
Copy link
Powered by Social Snap