Un peu plus d’une semaine après avoir conclu l’acquisition de Twitter pour 44 milliards de dollars, Elon Musk a licencié hier près de la moitié des effectifs de l’entreprise, soit environ 3 700 personnes.

C’était le chaos. Jeudi soir, Twitter a envoyé un courriel à l’ensemble de l’entreprise pour informer les employés de la situation de leur emploi par courriel. En prévision des suppressions de postes, Twitter a temporairement fermé ses bureaux et bloqué l’accès des employés aux outils internes.

Mais ce processus était-il légal ? Une action collective a été intentée contre Twitter pour n’avoir pas informé suffisamment tôt les employés des licenciements et pour avoir violé les lois de protection des travailleurs. Cependant, l’avocat qui a intenté le procès a déclaré que Musk « fait un effort pour se conformer ».

Toutes ces turbulences font peur aux annonceurs. General Mills, Pfizer et Volkswagen ne sont que quelques-unes des grandes marques qui ont interrompu leurs publicités sur Twitter ces derniers jours. Musk a reconnu l’exode des annonceurs hier, en tweetant que la plateforme a connu une énorme baisse de revenus en raison de « groupes activistes faisant pression sur les annonceurs. »

Pour l’avenir… Les annonceurs ayant quitté le navire, Musk est dans une course contre la montre pour trouver de nouvelles sources de revenus. Pour combler le fossé, Twitter devrait lancer lundi son plan d’abonnement controversé à 8 dollars par mois.

Get Your Audio Mastered Instantly with CloudBounce.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Remontez
Share via
Copy link
Powered by Social Snap