Un mouvement qui remodèle discrètement la démocratie pour le mieux

crowds at peaceful protest for democracy and freedom of choice, Sunday November 7th 2021, Australia

Imaginez que vous receviez un jour une invitation de votre maire, qui vous propose de siéger à l’assemblée permanente des citoyens de votre ville, nouvellement créée. Vous serez l’un des 100 autres membres comme vous – des personnes qui ne sont pas des politiciens ou même nécessairement membres d’un parti. Vous avez tous été tirés au sort dans le cadre d’un processus équitable et aléatoire appelé « loterie civique ». Ensemble, vous êtes largement représentatifs de la communauté – un mélange de boulangers, médecins, étudiants, comptables, commerçants et autres. Vous êtes jeunes et moins jeunes, et vous venez d’horizons divers. Tous les habitants de la ville âgés de plus de 16 ans sont éligibles, et tout le monde peut participer, quel que soit son statut de citoyen. Essentiellement, ce groupe de 100 personnes est un microcosme du grand public. Votre mandat dure un an, après quoi un nouveau groupe de personnes sera tiré au sort.

Il ne s’agit pas d’une simple expérience de pensée. Depuis les années 1980, une vague d’assemblées de citoyens de ce type s’est développée, et elle a pris de l’ampleur depuis 2010. Au cours des quatre dernières décennies, des centaines de milliers de personnes dans le monde ont été invitées par des chefs d’État, des ministres, des maires et d’autres autorités publiques à participer à plus de 500 assemblées de citoyens et autres processus délibératifs destinés à éclairer l’élaboration des politiques. Des décisions importantes ont été prises par des citoyens ordinaires concernant des plans stratégiques décennaux de 5 milliards de dollars, des stratégies d’investissement dans les infrastructures sur 30 ans, la lutte contre les discours de haine et le harcèlement en ligne, la prévention des risques d’inondation, l’amélioration de la qualité de l’air, la réduction des émissions de gaz à effet de serre et bien d’autres questions.

Alors que les systèmes de gouvernance ne parviennent pas à résoudre certains des problèmes les plus urgents de la société et que la confiance entre les citoyens et le gouvernement s’effrite, ces nouvelles institutions incarnent le potentiel du renouveau démocratique. Elles créent des espaces démocratiques permettant aux citoyens de s’attaquer à la complexité des questions politiques, de s’écouter les uns les autres et de trouver un terrain d’entente. Ce faisant, elles créent les conditions permettant de surmonter la polarisation et de renforcer la cohésion sociétale. Ils font ressortir l’intelligence collective de la société – le principe selon lequel un grand nombre de personnes différentes parviendront à de meilleures décisions que des groupes plus homogènes.

Les recherches montrent également que le fait d’être membre d’un organe délibérant renforce l’autonomie des personnes. Cela crée une conscience collective et nous permet d’exploiter notre capacité collective. En outre, les institutions délibératives renforcent la démocratie en étendant le privilège de la représentation à un groupe de personnes beaucoup plus large et plus diversifié, ce qui leur permet de jouer un rôle important dans l’élaboration des décisions qui affectent la vie des gens.

L’Assemblée permanente des citoyens est une réalité à Paris

En 2018, les manifestations populistes des gilets jaunes ont envahi les rues de France. Initialement en réponse à une taxe sur le pétrole et le gaz qui pesait sur les conducteurs de la classe ouvrière, les manifestations ont finalement incité le président Macron à lancer le « Grand Débat », un vaste ensemble de consultations publiques dans toute la France. Dans le cadre de ce processus, un groupe de 30 Parisiens choisis par tirage au sort civique a été chargé de formuler des recommandations sur la manière dont Paris pourrait améliorer la participation des citoyens. L’une de leurs suggestions était de créer une assemblée permanente représentant les citoyens dans l’élaboration des politiques.

Le conseil municipal de Paris a voté en faveur de cette proposition citoyenne en septembre 2019. Retardée par le COVID pour la mettre en place immédiatement, en 2021, la vice-maire chargée de la participation citoyenne, Anouch Toranian, et son équipe ont travaillé avec des experts (dont l’auteur de cet article) pour élaborer la conception de l’assemblée permanente des citoyens de Paris. Nous nous sommes inspirés de données mondiales et de normes de bonnes pratiques. Le Conseil municipal a voté pour l’institutionnaliser en octobre 2021, avec un secrétariat dédié et un organe de contrôle indépendant, élargissant et enrichissant l’écosystème des institutions démocratiques de la ville.

Si vous étiez sélectionné en tant que membre de l’Assemblée des citoyens de Paris, vous auriez quatre responsabilités. Tout d’abord, vous définirez les priorités d’investissement en décidant du thème du budget participatif de 100 millions d’euros de l’année suivante.

Deuxièmement, vous aurez un rôle de définition de l’ordre du jour, en décidant de la question à soumettre à un jury de citoyens – un petit groupe de personnes de toute la ville choisies par tirage au sort civique, qui auront le temps et les ressources nécessaires pendant de nombreux mois pour entendre des experts et des parties prenantes afin d’élaborer des propositions sur les moyens de traiter cette question. Ces propositions prendront la forme d’un projet de loi local que l’Assemblée des citoyens soumettra au Conseil municipal de Paris pour qu’il en débatte et le vote.

Troisièmement, vous pourrez lancer une mission d’évaluation d’une politique existante dans la ville. Enfin, vous pouvez également soumettre des questions d’actualité au Conseil municipal, de la même manière que les conseillers élus.

Le Conseil municipal, selon le règlement interne qui a été adopté pour établir cette Assemblée des citoyens, doit répondre à chaque recommandation de l’Assemblée des citoyens et du Jury des citoyens.

Votre rôle en tant que membre de l’Assemblée n’est pas de donner votre opinion personnelle, ni de représenter un parti politique, un groupe d’intérêt, une entreprise ou tout autre groupe ou organisation. Il vous est demandé, à vous et aux autres membres de l’Assemblée, de vous mettre à la place de la communauté au sens large et de réfléchir au bien public, d’évaluer les preuves que vous recevez, d’écouter les autres personnes présentes dans la salle, de parvenir à un jugement public éclairé et de trouver un terrain d’entente.

Depuis sa création, les membres de l’Assemblée se sont réunis pour une session plénière en janvier 2022 et ont travaillé au sein de groupes de travail plus petits et autosélectionnés. Leur deuxième session plénière aura lieu en mai 2022. Si cette nouvelle institution mérite sans doute plus d’attention de la part des médias qu’elle ne l’a fait jusqu’à présent, elle est en train de remodeler discrètement la démocratie parisienne.

Le modèle parisien est un modèle parmi d’autres

Si l’Assemblée des citoyens de Paris se distingue par l’étendue de ses compétences, elle n’est pas le seul exemple d’institutionnalisation de la représentation et de la délibération des citoyens. Dans mon récent document d’orientation de l’OCDE, j’ai présenté huit modèles d’institutionnalisation, avec des exemples couvrant le monde entier et les niveaux de gouvernement, de Bogota à Toronto, de l’Oregon à Bruxelles, du Vorarlberg à la Nouvelle-Galles du Sud, Victoria, et bien d’autres encore. Des réflexions sont en cours dans un plus grand nombre de lieux.

Paris s’est inspiré du premier conseil permanent de citoyens au monde à Ostbelgien, la communauté germanophone de Belgique. Cette région de quelque 80 000 habitants est devenue une source d’inspiration internationale en matière d’innovation démocratique. Son parlement a été le premier à adopter un décret en 2019 intégrant un organe permanent de représentation des citoyens doté d’un pouvoir de fixation de l’ordre du jour pour lancer des jurys citoyens ponctuels qui travailleront aux côtés du parlement élu. Jusqu’à présent, ils ont abordé l’amélioration des conditions de travail des travailleurs de la santé (un sujet qui a été choisi avant le COVID), l’éducation inclusive et la création de logements durables et abordables pour tous.

Au-delà de l’approche consistant à combiner une assemblée permanente de citoyens avec des jurys de citoyens ponctuels, comme à Paris et à Ostbelgien, l’institutionnalisation a pris de nombreuses formes. Par exemple, à Bruxelles, en Belgique, les parlements régionaux ont relié la délibération citoyenne représentative aux commissions parlementaires sous la forme de comités délibératifs mixtes, où les parlementaires et les citoyens travaillent directement ensemble pour traiter une question au-delà des lignes de parti. Ces commissions sont composées de 15 membres de la commission permanente thématique correspondante et de 45 résidents bruxellois choisis par tirage au sort civique. Jusqu’à présent, ils ont abordé les questions du déploiement de la 5G, des sans-abri, de la participation des citoyens en temps de crise et de la protection de la biodiversité dans la ville. Le Parlement de Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, étudie des propositions similaires.

D’autres modèles incluent des panels consultatifs permanents de citoyens, comme le panel de révision de la planification de Toronto, qui dure deux ans, où les résidents sont tirés au sort pour donner leur avis sur les questions de planification après une série initiale de séances d’apprentissage. À Bruxelles, dans l’État autrichien du Vorarlberg et dans de nombreuses villes polonaises, la réglementation donne aux citoyens le droit de déclencher la création d’une assemblée de citoyens si une pétition recueille suffisamment de signatures. L’État australien de Victoria a emprunté une autre voie en intégrant des processus délibératifs représentatifs dans la planification stratégique locale par le biais de sa loi 2020 sur le gouvernement local.

Ces nombreux exemples ont fourni de nombreuses preuves que la démocratie délibérative « fonctionne » lorsque ces processus sont bien conçus, ce qui signifie qu’ils peuvent nous aider à mieux résoudre les défis sociétaux, à surmonter la polarisation et à renforcer la confiance. Tout comme pour les élections et les autres processus démocratiques, nous savons que certaines conditions et certains critères de conception doivent être en place pour que ces processus soient réellement efficaces, démocratiques et légitimes.

Par exemple, les décideurs doivent s’engager à répondre aux recommandations des citoyens et à les mettre en œuvre. La loterie civique doit garantir que tout le monde a une chance égale d’être sélectionné. Un temps suffisant – généralement au moins quatre à cinq jours – est nécessaire pour que les gens puissent comprendre la complexité d’une question et collaborer à l’élaboration de solutions. Cela est également important pour garantir la légitimité – les personnes qui ne participent pas au processus doivent pouvoir faire confiance aux recommandations des citoyens. L’accès à un large éventail d’informations est donc également crucial. Une organisation indépendante et une facilitation compétente contribuent à garantir l’équité du processus. Les principes de bonne pratique et les lignes directrices pour l’évaluation des processus délibératifs représentatifs de l’OCDE ainsi que le manuel du Fonds des Nations unies pour la démocratie et de la nouvelle Fondation pour la démocratie décrivent ces normes et fournissent des conseils pour les atteindre.

De nombreuses critiques à l’encontre de la démocratie délibérative sont similaires à celles qui ont été formulées pour la première fois contre le suffrage universel à une autre époque. De nombreuses objections courantes à la sortition et à la délibération découlent de la crainte que les citoyens ordinaires ne soient pas assez compétents pour prendre des décisions politiques complexes.

Cependant, il existe une multitude de preuves contre ces affirmations. De même que les hommes politiques ne sont pas compétents sur toutes les questions et que les ministres passent d’un portefeuille à l’autre – armés de chercheurs et d’assistants pour les aider – on ne s’attend pas à ce que le citoyen ordinaire soit un expert en tout. Cependant, avec suffisamment de temps et d’accès à l’expertise, les gens ont montré à maintes reprises qu’ils étaient capables de délibérer sur des questions politiques incroyablement complexes. Les membres des assemblées de citoyens ont l’avantage supplémentaire de ne pas avoir besoin d’être élus ou réélus ; ils ont la liberté de faire passer le bien commun en premier. Des centaines d’assemblées de citoyens passées montrent que les gens prennent leur rôle au sérieux. Elles mettent également en lumière le fait que chacun d’entre nous est également digne et capable de participer à l’élaboration des décisions qui affectent nos vies.

Ouvrir la voie à la transformation démocratique

Le système démocratique actuel de prise de décisions publiques – ancré dans le court-termisme des élections et la logique de repli sur soi des partis politiques – comporte des incitations perverses qui empêchent l’action, exacerbent la polarisation et alimentent la méfiance.

Comme l’affirme Hélène Landemore, professeur à Yale, l’idée de « représenter et d’être représenté à son tour » soutient une nouvelle conception, non électorale, de la représentation démocratique. L’idée principale de la démocratie délibérative – une théorie politique largement inspirée par Jürgen Habermas – est que les décisions politiques doivent être le résultat de discussions et de débats justes et raisonnables entre les citoyens qui se forgent un jugement collectif.

Si les assemblées de citoyens sont aujourd’hui largement consultatives et complémentaires de nos institutions électorales existantes, il n’est pas impossible d’imaginer un avenir où les pouvoirs contraignants seront transférés à ces institutions – ou peut-être même où elles remplaceront à plus long terme les organes de gouvernement établis. Des sondages récents en France, en Allemagne, en Italie et au Royaume-Uni suggèrent que nous nous en approchons. Alors que seulement un tiers environ des habitants de ces pays pensent actuellement que la démocratie délibérative devrait être institutionnalisée, environ deux tiers sont favorables à l’idée de rendre obligatoire la mise en œuvre des recommandations des assemblées de citoyens par le gouvernement. À mesure que le public prend conscience de la démocratie délibérative et que les preuves de son efficacité se multiplient, les arguments en faveur d’un véritable changement de pouvoir pourraient devenir plus convaincants.

Les tendances récentes montrent que de plus en plus d’autorités publiques vont au-delà de l’utilisation ponctuelle des assemblées de citoyens qui repose sur la volonté politique. Nous avons besoin de plus de politiciens qui aient le courage d’expérimenter et de pousser au changement institutionnel. Et nous avons besoin de plus de citoyens pour exiger ce changement également, pour imaginer et se battre pour un autre type d’avenir démocratique. S’ils le font, un autre système démocratique est possible.

Par NoeamaMag.

Get Your Audio Mastered Instantly with CloudBounce.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Remontez
Share via
Copy link
Powered by Social Snap