Group of business people with leader at front

Le nouveau livre d’Henry Kissinger sur le leadership met en évidence ce vide.

« Un monde s’achève lorsque sa métaphore est morte », a dit un jour le poète Archibald MacLeish. C’est à ce moment de transition entre la rupture des anciens schémas d’appréhension de la réalité et la construction d’une nouvelle métaphore que le leadership compte le plus.

La rupture peut se produire avec un gémissement, dans lequel une façon de voir le monde succombe finalement à l’entropie du dépassé. Elle peut aussi se manifester par une explosion, comme une guerre dévastatrice. Dans un cas comme dans l’autre, le défi de taille consiste à formuler de façon convaincante l’esprit changeant de l’époque de manière à organiser l’énergie et la direction de la société en un champ de force qui la propulse sur une nouvelle voie.

Dans son dernier livre, « Leadership : Six Lessons in World Strategy », Henry Kissinger examine plusieurs cas survenus au cours du siècle dernier dans lesquels, selon lui, des personnalités clés se sont admirablement acquittées de leur tâche. Il distingue deux types de leaders – l' »homme d’État » et le « prophète » – qui font face aux défis de manière différente.

L’homme d’État « tempère » les visions de changement par une compréhension réaliste des contraintes politiques et économiques, car il ou elle cherche à ouvrir un espace pour l’évolution tout en préservant sa société « en manipulant les circonstances plutôt qu’en se laissant submerger par elles ». En revanche, le prophète, ou visionnaire, « traite les institutions dominantes moins dans la perspective du possible » que dans celle de l’impératif de changer la définition même de ce qui est possible.

Pour Kissinger, les meilleurs leaders qui ont fait la plus grande différence ont façonné avec souplesse un « mélange optimal » qui a réussi à naviguer entre les contraintes pour réaliser de nouvelles possibilités grâce à une stabilité évolutive. Cela nous rappelle le vieil adage selon lequel, sans vision, les gens souffrent ; avec une vision non tempérée par la reconnaissance des réalités du terrain, encore plus de gens souffrent. Pensez à la révolution culturelle de Mao.

Les deux personnalités qui ressortent de son livre sont Charles De Gaulle et Lee Kuan Yew. (Les autres, moins convaincantes à mes yeux, sont Konrad Adenauer, Richard Nixon, Anwar Sadat et Margaret Thatcher).

De Gaulle : Existentialiste de la nation

Jean-Paul Sartre, le plus célèbre pour la philosophie « existentialiste » selon laquelle « les hommes sont libres d’inventer leur propre destin », a su saisir l’état d’esprit de son époque, à savoir que toutes les possibilités étaient ouvertes après que la guerre mondiale eut effacé l’ardoise.

De Gaulle n’était pas, comme Sartre, assis à gribouiller au Café Deux Magots ou à traîner dans les caves des clubs de jazz de l’époque. Il habitait les couloirs du pouvoir au palais de l’Élysée ou se reposait tranquillement dans le petit village de Colombey-les-Deux-Églises, dévoué à sa femme et à ses enfants, en particulier à sa fille, qui était trisomique. Pourtant, comme le montre clairement l’excellent profil de Kissinger, De Gaulle était, en réalité, le principal existentialiste de la nation. Par sa seule volonté et la force de sa personnalité, il a inventé le destin de la France de l’après-guerre.

En exil au début de la guerre, sans troupes et avec peu de partisans, De Gaulle se proclame unilatéralement chef des Français libres. Dans les derniers jours de la guerre, alors que les combats avec les Allemands font encore rage, il descend victorieusement les Champs-Élysées, symbole de ces âmes nobles qui, portant en elles la grandeur de la France, refusent de se soumettre à l’agression nazie. Tirant parti de cette réputation une fois au pouvoir, il propose « une certaine idée de la France » qui, bien que vaguement définie, affirme avec confiance et cultive ce sentiment de grandeur perdu qui a été enterré dans la psyché nationale par l’humiliation de la capitulation et de l’occupation.

Par-dessus tout, c’est l’insistance persévérante de De Gaulle sur le fait que les Français pouvaient remédier à leur sort et redevenir l’auteur de leur destin qui a fait revivre l’esprit national.

Régis Debray, le philosophe et ancien copain de Fidel Castro et de Che Guevara, a compris mieux que quiconque le pouvoir narratif de la métaphore déployée par le leader français. « Le mythe fait le peuple, pas le peuple le mythe », a-t-il écrit à propos de la provenance de l’influence de De Gaulle.

Lee Kuan Yew : Une nation sans arrière-pays

En 1963, à l’apogée du post-colonialisme, Lee Kuan Yew a cherché à sauvegarder la nouvelle indépendance de la petite ville de Singapour vis-à-vis de la Grande-Bretagne en proposant une fédération avec la Malaisie. Bien que « l’économie, la géographie et les liens de parenté » aient logiquement dicté cet arrangement judicieux, il a volé en éclats en deux ans en raison de tensions ethniques et d’intrigues nationalistes. En 1965, la Malaisie se sépare de son voisin.

Comme l’a dit un Lee désespéré après la séparation, Singapour devait maintenant trouver comment survivre en tant que « cœur sans corps ». La cité-État située à l’extrémité de la péninsule malaise disposait de peu de ressources pour prospérer par elle-même. Littéralement, elle n’avait pas d’arrière-pays.

Lee a eu l’imagination de reconceptualiser Singapour avec une nouvelle métaphore : la première nation mondialisée. Cet avocat formé à Cambridge a fait de l’obstacle un chemin en faisant du monde en général l’arrière-pays de la nation insulaire.

En l’espace de 30 ans, il a fait passer Singapour du statut de pays du tiers monde à celui de pays du premier monde grâce à des politiques d’ouverture commerciale, financière et d’investissement qui ont permis aux entreprises internationales d’être assurées de l’état de droit et de l’absence de corruption. Il a apaisé les tensions ethniques en garantissant des droits et des opportunités à tous les Chinois, Indiens et Malaisiens, y compris la fourniture de logements, ce qui a cimenté l’allégeance des différents citoyens au système. Il a fait de l’anglais la langue commune, liant les Singapouriens entre eux tout en les reliant au monde dominé alors par les puissances anglo-saxonnes.

Lee a prêté attention aux moindres détails, insistant lorsqu’il était Premier ministre pour obtenir un rapport hebdomadaire sur la propreté des toilettes de l’aéroport, où les étrangers font leur première impression en atterrissant. Innovateur acharné, Lee cherchait toujours à apprendre comment les autres faisaient les choses afin d’adapter les meilleures pratiques. À la fois socialiste, confucéen, victorien et libre-échangiste, il n’avait aucune théorie autre que le pragmatisme de ce qui fonctionnait.

En tant qu’homme d’État, il a su trouver un juste équilibre entre l’influence américaine dans le Pacifique et la puissance de la Chine montante, en accueillant la marine américaine dans les ports de Singapour tout en conseillant Deng Xiaoping sur la manière de s’ouvrir à l’Occident tout en préservant « la voie asiatique ». Les dirigeants occidentaux recherchent avidement le point de vue de Lee sur le fonctionnement de la Chine, tout comme les Chinois écoutent ses idées critiques sur l’Occident. Il est devenu un interlocuteur clé des civilisations en désaccord.

Kissinger voyait en Lee à la fois un homme d’État et un prophète qui « a inventé Singapour à partir de sa vision de l’avenir et a écrit son histoire au fur et à mesure. »

Le vide n’est pas vide

Les leaders tels que De Gaulle et Lee sont nés dans des circonstances difficiles. Aujourd’hui, nous avons beaucoup de ces derniers mais très peu des premiers.

Le livre de Kissinger met en lumière la pénurie de leaders transformateurs de notre époque, qui ont une vision de la direction à prendre, mais aussi la volonté, l’esprit d’innovation, les compétences politiques et les talents diplomatiques nécessaires pour y parvenir.

Dans ce vide, des personnalités comme Xi Jinping et Vladimir Poutine, qui maîtrisent leur propre style de leadership, fixent le cap et consolident leur influence.

Tiré de l’article original par Noema. Avec le support web de AWASOCIAL

Get Your Audio Mastered Instantly with CloudBounce.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Remontez
Share via
Copy link
Powered by Social Snap