Nous en savons moins sur les médias sociaux que nous ne le pensons

Group of friends sitting together using mobile phones to share content on social media

En avril, le psychologue social Jonathan Haidt a publié un essai dans The Atlantic dans lequel il cherchait à expliquer, comme le titre de l’article l’indiquait, « Pourquoi les dix dernières années de la vie américaine ont été particulièrement stupides ». Toute personne familière avec le travail de Haidt au cours des cinq dernières années aurait pu anticiper sa réponse : les médias sociaux. Bien que Haidt concède que la polarisation politique et l’inimitié entre factions sont bien antérieures à l’apparition des plateformes, et qu’il existe de nombreux autres facteurs en jeu, il estime que les outils de viralité – les boutons « J’aime » et « Partager » de Facebook, la fonction « Retweet » de Twitter – ont corrodé la vie publique de manière algorithmique et irrévocable. Il a déterminé qu’une grande discontinuité historique peut être datée avec une certaine précision de la période entre 2010 et 2014, lorsque ces fonctionnalités sont devenues largement disponibles sur les téléphones.

« Qu’est-ce qui a changé dans les années 2010 ? » Haidt demande, en rappelant à son public qu’un ancien développeur de Twitter avait un jour comparé le bouton Retweet à la disposition d’un enfant de quatre ans avec une arme chargée. « Un tweet méchant ne tue personne ; c’est une tentative de faire honte ou de punir quelqu’un publiquement tout en diffusant sa propre vertu, sa brillance ou ses loyautés tribales. Il s’agit plus d’une fléchette que d’une balle, qui fait mal mais ne tue pas. Pourtant, entre 2009 et 2012, Facebook et Twitter ont distribué près d’un milliard de fléchettes dans le monde. Depuis, nous nous tirons dessus les uns les autres ». Alors que la droite a prospéré sur la conspiration et la désinformation, la gauche est devenue punitive : « Lorsque tout le monde a reçu un pistolet à fléchettes au début des années 2010, de nombreuses institutions de gauche ont commencé à se tirer dans le cerveau. Et, malheureusement, ce sont ces cerveaux qui informent, instruisent et divertissent la majeure partie du pays. » La métaphore dominante de Haidt sur la fragmentation intégrale est l’histoire de la tour de Babel : l’essor des médias sociaux a « involontairement dissous le mortier de la confiance, de la croyance dans les institutions et des histoires partagées qui avaient maintenu ensemble une démocratie laïque vaste et diverse ».

Source: The Newyorker.

Group of friends sitting together using mobile phones to share content on social media
Get Your Audio Mastered Instantly with CloudBounce.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Remontez
Share via
Copy link
Powered by Social Snap