Les Noirs ont-ils progressé depuis la mort du Dr Martin Luther King Jr.

26 janvier 2020 PARTAGE, RÉCENT


Le 4 avril 1968, le Dr Martin Luther King Jr. est assassiné à Memphis, dans le Tennessee, alors qu’il assistait des travailleurs en grève dans le secteur de l’assainissement.

À l’époque, il y a plus d’un demi-siècle, l’intégration raciale totale exigée par la loi sur les droits civils de 1964 commençait à peine à éradiquer la discrimination dans l’éducation, l’emploi et les équipements publics. Les électeurs noirs n’avaient obtenu des protections juridiques que deux ans plus tôt, et la loi de 1968 sur le logement équitable était sur le point d’entrer en vigueur.

Les Afro-Américains commençaient seulement à s’installer dans les quartiers, les collèges et les carrières autrefois réservés aux Blancs.

Je suis trop jeune pour me souvenir de cette époque. Mais à entendre mes parents parler de la fin des années 1960, cela ressemble d’une certaine façon à un autre monde. De nombreux Afro-Américains occupent aujourd’hui des postes de pouvoir, de maire à gouverneur en passant par directeur général d’entreprise – et, oui, il était une fois, président. Les États-Unis sont un pays très différent de ce qu’il était en 1968.

Ou bien est-ce le cas ? En tant que spécialiste de la politique des minorités, je sais que si certaines choses se sont nettement améliorées pour les Noirs américains au cours des 50 dernières années, nous menons encore aujourd’hui nombre des mêmes batailles que le Dr King en son temps.

C’était à l’époque

Les années 1960 ont été des années tumultueuses. Pendant les longs étés chauds de 1965 à 1968, les villes américaines ont connu environ 150 émeutes raciales et autres soulèvements. Les protestations étaient le signe d’une profonde colère des citoyens à l’égard d’une nation qui, selon la Commission nationale consultative sur les troubles civils, « se dirigeait vers deux sociétés, l’une noire, l’autre blanche – séparées et inégales ».

Sur le plan économique, c’était certainement vrai. En 1968, seuls 10 % des blancs vivaient en dessous du seuil de pauvreté, alors que près de 34 % des Afro-Américains le faisaient. De même, seulement 2,6 % des demandeurs d’emploi blancs étaient au chômage, contre 6,7 % des demandeurs d’emploi noirs.

Un an avant sa mort, le Dr. King et d’autres ont commencé à organiser une campagne pour les pauvres afin de « dramatiser la situation des pauvres d’Amérique de toutes les races et de montrer très clairement qu’ils en ont assez d’attendre une vie meilleure ».

Le 28 mai 1968, un mois après l’assassinat de King, la marche de masse contre la pauvreté a eu lieu. Des personnes de tout le pays ont érigé un village de tentes sur le National Mall, à Washington, qu’ils ont appelé « Resurrection City ». L’objectif était d’attirer l’attention sur les problèmes liés à la pauvreté.

Ralph Abernathy, un ministre afro-américain, a ouvert la voie à la place de son ami tombé au combat.

« Nous venons avec un appel pour ouvrir les portes de l’Amérique aux presque 50 millions d’Américains qui n’ont pas reçu une part équitable de la richesse et des opportunités de l’Amérique », a déclaré Abernathy, « et nous resterons jusqu’à ce que nous l’ayons. »

C’est maintenant

Quel a été le chemin parcouru par les Noirs depuis 1968 ? Avons-nous déjà obtenu notre juste part ? Ces questions m’ont beaucoup préoccupé ce mois-ci.

D’une certaine manière, nous avons à peine bougé en tant que peuple. La pauvreté est encore trop répandue aux États-Unis. En 1968, 25 millions d’Américains – soit environ 13 % de la population – vivaient en dessous du seuil de pauvreté. En 2016, 43,1 millions – soit plus de 12,7 % – l’étaient.

Aujourd’hui, le taux de pauvreté des Noirs (21 %) est presque trois fois supérieur à celui des Blancs. Par rapport au taux de 32% de 1968, il n’y a pas eu d’amélioration notable.

La sécurité financière, elle aussi, diffère encore considérablement selon la race. En 2018, les ménages noirs gagnaient 57,30 dollars pour chaque tranche de 100 dollars de revenus gagnés par les familles blanches. Et pour chaque tranche de 100 $ de richesse des familles blanches, les familles noires ne détenaient que 5,04 $.

Un autre aspect troublant du progrès social des Noirs – ou de son absence – est le nombre de familles noires dirigées par des femmes célibataires. Dans les années 1960, les femmes célibataires étaient le principal soutien de famille pour 20 % des ménages. Au cours des dernières années, ce pourcentage a atteint 72 %.

C’est important, mais pas à cause d’un idéal sexiste démodé de la famille. Aux États-Unis, comme dans l’ensemble des Amériques, il existe un lien étroit entre la pauvreté et les ménages dirigés par des femmes.

Les Noirs américains d’aujourd’hui sont également plus dépendants de l’aide gouvernementale qu’ils ne l’étaient en 1968. Environ 40 % des Afro-Américains sont suffisamment pauvres pour avoir droit à l’aide sociale, à l’aide au logement et à d’autres programmes gouvernementaux qui offrent un soutien modeste aux familles vivant sous le seuil de pauvreté.

Trouver les points lumineux

Il y a, bien sûr, des tendances positives. Aujourd’hui, beaucoup plus d’Afro-Américains obtiennent un diplôme universitaire – 38 % – qu’il y a 50 ans.

Nos revenus sont également en hausse. De 1980 à 2016, les adultes noirs ont connu une augmentation des revenus plus importante – de 28 667 dollars à 39 490 dollars – que tout autre groupe démographique américain. C’est en partie la raison pour laquelle il existe aujourd’hui une importante classe moyenne noire.

Légalement, les Afro-Américains peuvent vivre dans la communauté de leur choix – et de Beverly Hills à l’Upper East Side, ils peuvent le faire et le font.

Mais pourquoi ces gains ne sont-ils pas plus profonds et plus répandus ?

Certains penseurs éminents – dont l’écrivain primé Ta-Nehisi Coates et l’auteur de « The New Jim Crow » Michelle Alexander – mettent l’accent sur le racisme institutionnel. Coates soutient, entre autres, que le racisme a tellement freiné les Afro-Américains tout au long de l’histoire que nous méritons des réparations, faisant ainsi resurgir une revendication qui a une longue histoire d’activisme noir.

Alexander, pour sa part, a déclaré que le profilage racial et l’incarcération massive d’Afro-Américains ne sont que des formes modernes du racisme légal et institutionnalisé qui régnait autrefois dans le Sud des États-Unis.

Des penseurs plus conservateurs pourraient tenir les Noirs pour seuls responsables de leurs problèmes. Le ministre du logement et du développement urbain, Ben Carson, fait partie de ce camp de la « responsabilité personnelle », au même titre que des intellectuels publics comme Thomas Sowell et Larry Elder.

Selon les personnes interrogées, les Noirs ne sont donc pas beaucoup mieux lotis qu’en 1968, soit parce qu’il n’y a pas assez d’aide gouvernementale, soit parce qu’il y en a trop.

Que ferait MLK ?

Je n’ai pas à me demander ce que le Dr King recommanderait. Il croyait au racisme institutionnel.

En 1968, King et le Southern Christian Leadership Council ont cherché à lutter contre l’inégalité avec la Charte des droits économiques. Ce n’était pas une proposition législative en soi, mais une vision morale d’une Amérique juste où tous les citoyens avaient des possibilités d’éducation, un foyer, « l’accès à la terre », « un emploi significatif à un salaire décent » et « un revenu sûr et adéquat ».

Pour y parvenir, a écrit M. King, le gouvernement américain devrait créer une initiative visant à « abolir le chômage », en développant des incitations à augmenter le nombre d’emplois pour les Noirs américains. Il a également recommandé « un autre programme pour compléter le revenu de ceux dont les gains sont inférieurs au seuil de pauvreté ».

Ces idées étaient révolutionnaires en 1968. Aujourd’hui, elles semblent prescientes. L’idée de King selon laquelle tous les citoyens ont besoin d’un salaire vital laisse présager que le concept de revenu de base universel gagne du terrain dans le monde entier.

La rhétorique et l’idéologie de King ont également une influence évidente sur le sénateur Bernie Sanders, qui, lors des primaires présidentielles de 2016 et 2020, a prôné l’égalité pour tous, des incitations économiques pour les familles de travailleurs, l’amélioration des écoles, un meilleur accès à l’enseignement supérieur et des initiatives de lutte contre la pauvreté.

Des progrès ont été réalisés. Mais pas autant que beaucoup d’entre nous le souhaiteraient.

Pour reprendre les mots du Dr King, « Seigneur, nous ne sommes pas ce que nous devrions être. Nous ne sommes pas ce que nous voulons être. Nous ne sommes pas ce que nous allons être. Mais, Dieu merci, nous ne sommes pas ce que nous avons été. »

Par Sharon Austin, professeur de sciences politiques et directrice du programme d’études afro-américaines, Université de Floride


0 0 vote
Article Rating
close
Partagez
Les Noirs ont-ils progressé depuis la mort du Dr Martin Luther King Jr.
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Remontez
Share via
Copy link
Powered by Social Snap