C'EST POSSIBLE !

Aimé 

Pingi

Blogueur

LA FEMME MÉDECIN NOIRE PIONNIÈRE QUE L’HISTOIRE AMÉRICAINE A OUBLIÉE

Il est quelque peu difficile aujourd’hui d’apprécier à sa juste valeur l’exploit que représente le traité de 145 pages intitulé A Book of Medical Discourses in Two Parts. Même le titre de l’ouvrage de 1883 est trompeusement modeste. Il s’agit de l’un des premiers guides médicaux américains à offrir des conseils aux femmes et aux […]

LA FEMME MÉDECIN NOIRE PIONNIÈRE QUE L’HISTOIRE AMÉRICAINE A OUBLIÉE


Il est quelque peu difficile aujourd’hui d’apprécier à sa juste valeur l’exploit que représente le traité de 145 pages intitulé A Book of Medical Discourses in Two Parts. Même le titre de l’ouvrage de 1883 est trompeusement modeste. Il s’agit de l’un des premiers guides médicaux américains à offrir des conseils aux femmes et aux enfants. Le livre traite de tout, des troubles intestinaux des nourrissons aux hémorroïdes et à la diphtérie. Il offre même des conseils conjugaux : une façon de rester heureux en ménage « est de continuer à suivre la routine prudente des jours de cour, jusqu’à ce qu’elle soit bien comprise entre les deux ».

Dédié « aux mères, aux infirmières et à tous ceux qui souhaitent atténuer les souffrances de la race humaine », Discours médical est le chef-d’œuvre du Dr Rebecca Lee Crumpler, première femme noire d’Amérique à obtenir un diplôme de médecine. Elle a réussi à tracer un chemin dans la profession médicale à une époque où peu de Noirs ou de femmes pouvaient suivre des études de médecine, sans parler de publier des livres sur leur travail.

Peu de photographies du Dr Crumpler ont survécu, et ce que nous savons d’elle provient principalement de ses propres écrits. Née en 1831, elle dit avoir été élevée par une « gentille tante en Pennsylvanie » qui passait une grande partie de son temps à s’occuper de voisins malades, de sorte que la jeune Rebecca « a très tôt conçu un penchant pour, et cherché toutes les occasions de soulager les souffrances des autres ». À l’âge de 21 ans, Mme Crumpler s’est installée à Charlestown, dans le Massachusetts, où elle a travaillé comme infirmière pendant huit ans et a jeté son dévolu sur le New England Female Medical College.

Basée à Boston et rattachée au New England Hospital for Women and Children, la faculté de médecine a accepté sa première classe de 12 femmes en 1850, à une époque où de nombreux médecins masculins soutenaient encore que les femmes étaient trop sensibles ou n’avaient pas la force physique ou l’intellect nécessaires pour supporter les rigueurs de la pratique de la médecine. En 1860, Crumpler a posé sa candidature au New England Female Medical College et a été acceptée. Quatre ans plus tard, elle a reçu, comme elle l’a dit, son « diplôme de docteur en médecine », devenant ainsi la première et seule diplômée noire de l’école (elle a fermé en 1873). L’exploit de Crumpler est encore plus impressionnant si l’on considère le contexte plus large : Sur les 54 543 médecins des États-Unis en 1860, seuls 300 étaient des femmes, et aucun d’entre eux n’était noir. Mais la remise des diplômes de Crumpler a également coïncidé avec une période remarquable de bouleversements dans l’histoire américaine, une période qui a mis une pression incroyable sur la profession médicale américaine : la guerre de Sécession et ses conséquences.

Selon James Downs, professeur d’histoire au Connecticut College, la guerre de Sécession « a été la plus grande catastrophe biologique du XIXe siècle. Plus de soldats sont morts de maladies que de blessures au combat ou même sur le champ de bataille ». Selon la Bibliothèque du Congrès, sur les 100 000 soldats noirs ayant servi pendant la guerre de Sécession, 29 000 sont morts de maladies, soit neuf fois plus que le nombre de ceux qui ont péri au combat. Et même après la fin de la guerre, comme le montre la chronique Downs dans Sick from Freedom : African-American Illness and Suffering During the Civil War and Reconstruction, les conditions n’étaient guère meilleures dans la communauté noire, en particulier pour les esclaves libérés. L’émancipation et la longue guerre ont laissé des millions d’Afro-Américains sans abri adéquat, sans nourriture et sans accès aux soins médicaux. À l’automne 1865, il n’y avait qu’environ 80 médecins et une douzaine d’hôpitaux disponibles pour traiter plus de 4 millions d’esclaves libérés. Et la plupart des hôpitaux gérés par le Freedmen’s Bureau, l’agence fédérale chargée d’aider ces esclaves libérés, ne pouvaient pas traiter plus de 20 patients à la fois, faute de financement.

C’était une crise de santé publique presque inimaginable, et en 1865, le Dr Crumpler – une des rares femmes noires employées par le Bureau des affranchis – se précipita tête baissée dans la brèche, quittant Boston pour Richmond afin de répondre aux besoins médicaux du plus grand nombre possible d’esclaves affranchis. Outre son désir d’aider une population de plus de 30 000 personnes, elle savait que sa vaste expérience de terrain en Virginie lui donnerait « de nombreuses occasions de se familiariser avec les maladies des femmes et des enfants ». Selon Mme Downs, la guerre civile a offert à des médecins comme Mme Crumpler « la possibilité de traiter un nombre sans précédent de patients et d’en apprendre davantage sur la médecine et le corps ».

En 1869, Crumpler retourne à Boston où elle traite les femmes et les enfants pauvres de chez elle avant de se consacrer à son traité, un ouvrage basé sur les volumineuses notes de journal qu’elle a conservées pendant ses années de pratique. Les sujets abordés allaient de l’allaitement maternel et des recommandations alimentaires au traitement de la rougeole, des brûlures et du choléra. « Ce qui rend le travail de Crumpler particulièrement puissant », dit Mme Downs, ce n’est pas seulement la façon dont il est né de ses propres expériences, mais aussi la façon dont « elle conçoit son livre comme une étude plus générale sur la féminité et ne suit pas la pratique traditionnelle qui consiste à séparer la santé des femmes noires et de leurs enfants de celle des femmes blanches ».

Comme Florence Nightingale, qui a longuement écrit sur l’hygiène et la médecine après son service en temps de guerre en Crimée, Crumpler a composé une œuvre non seulement historique mais aussi d’une utilité inestimable. Et son héritage continue à inspirer. « Sa seule présence dans les annales de l’histoire remet en question l’idée que l’on se fait du passé », déclare Mme Downs. « Elle sape une idéologie raciale qui persiste aujourd’hui en présentant les réalisations des Noirs en médecine comme surprenantes et nouvelles. »

Source OZY.

C'EST POSSIBLE

Remontez
Our time: 9:39pm UTC
Share via
Copy link
Powered by Social Snap