C’EST POSSIBLE !

Aimé 

Pingi

Blogueur

7 vérités difficiles qui amélioreront du jour au lendemain vos compétences en matière de leadership.

Vous vous souvenez de ces vieux disques vinyles qui grattaient et passaient la même chose encore et encore jusqu’à ce que vous bougiez l’aiguille ? Vous le savez bien, environ 30 % des employés aux États-Unis sont effectivement engagés dans leur travail. Mais voici la partie de la chanson qui saute sans cesse : Les […]

Businessman leader in modern office with businesspeople working

7 vérités difficiles qui amélioreront du jour au lendemain vos compétences en matière de leadership.


Businessman leader in modern office with businesspeople working

Vous vous souvenez de ces vieux disques vinyles qui grattaient et passaient la même chose encore et encore jusqu’à ce que vous bougiez l’aiguille ?

Vous le savez bien, environ 30 % des employés aux États-Unis sont effectivement engagés dans leur travail. Mais voici la partie de la chanson qui saute sans cesse : Les gens quittent les managers, pas les entreprises.

Nous le savons depuis un certain temps et pourtant nous ne parvenons pas à résoudre la crise de leadership qui fera que les travailleurs seront heureux, engagés et motivés.

C’est parce que la plupart des personnes en position de pouvoir n’ont pas une compréhension claire de ce qu’il faut vraiment pour influencer les autres. Vous ne gérez pas les gens, vous les dirigez et vous gérez le travail.

Sept vérités brutales sur le leadership.

Si vous vous trouvez dans la position précaire de vous demander « où me situe-t-on en tant que leader », vous devez à un moment donné faire face à des vérités brutales sur ce qu’il faut pour motiver et inspirer sur le plan humain, émotionnel et psychologique.

La vérité brutale selon laquelle les bons dirigeants commenceront par sortir la peur hors de la pièce.

Dans les structures traditionnelles de pouvoir descendantes, les patrons proposent une vision et utilisent ensuite le pouvoir et le contrôle de la position pour inciter les gens à réaliser cette vision. Dans l’économie sociale d’aujourd’hui, les dirigeants au service de l’entreprise vont définir une vision de l’entreprise et faire en sorte que leurs partisans s’expriment en tant que co-créateurs et co-contributeurs de cette vision. Et leur première priorité est de créer une sécurité psychologique au sein de leurs groupes : Ils chassent la peur hors de la pièce et libèrent leur peuple pour qu’il collabore, innove et s’engage librement.

La vérité brutale qu’un bon leadership ne se fait pas sans confiance.

Chaque dirigeant doit poser une question très importante, en se regardant dans le miroir : « Mon comportement augmente-t-il la confiance ? » Si vous envisagez d’améliorer vos compétences en matière de leadership, la confiance est un pilier sur lequel votre leadership devrait s’appuyer. Dans son livre The Speed of Trust, Stephen M.R. Covey souligne plusieurs comportements de leadership de confiance pour lesquels les grandes entreprises sont connues, notamment

  • Créer de la transparence
  • Confronter la réalité
  • Pratiquer la responsabilité
  • Parlez franchement

La vérité brutale selon laquelle les bons dirigeants doivent être prêts à écouter les réactions.

De nombreux dirigeants ne veulent pas écouter les idées, les opinions et les commentaires constructifs des autres sur leur propre leadership. Pour ces dirigeants, se couper des autres signifie qu’ils opèrent dans un système d’ego, et non dans un écosystème. En revanche, un dirigeant qui écoute bien est ouvert et responsable ; il filtre les critiques ou les drames et trouve les faits afin de réagir de manière appropriée pour répondre aux besoins des autres. Il sonde et pose des questions jusqu’à ce qu’il obtienne des éclaircissements ; il écoute pour comprendre, en se concentrant sur l’avenir et non sur une répétition du passé.

La vérité brutale selon laquelle les bons dirigeants sont positifs, même lorsque les choses vont mal.

Les bons dirigeants pratiquent la pensée positive. Ils considèrent les situations stressantes d’un point de vue plus positif, ce qui fait appel à l’intelligence émotionnelle. Plutôt que d’être stressés par une situation de travail ou un échec récent, ils voient cela comme une occasion de faire une pause, de se regrouper, d’apprendre, de grandir et de rebondir avec une énergie et une concentration renouvelées. Cela peut avoir un effet profond sur le bien-être émotionnel et physique d’une personne. Les dirigeants qui conservent une attitude positive et pratiquent une pensée positive subissent moins de stress que ceux qui sont pessimistes, étroits d’esprit et négatifs.

La vérité brutale selon laquelle les bons dirigeants procrastinent rarement, voire jamais.

Les bons dirigeants sont des gens « qui font ce qu’ils font ». Ils ne remettent pas les choses à plus tard, ce qui est un moyen sûr d’augmenter le niveau de stress. Les bons dirigeants commencent à faire ce qu’ils savent qu’ils doivent faire, et quand ils savent qu’ils doivent le faire. Ils anticipent les problèmes lorsqu’ils surgissent et les abordent de front avant qu’ils ne s’aggravent.

La vérité brutale selon laquelle les bons dirigeants s’imposent des limites strictes.

Le milliardaire Warren Buffett, le PDG de Berkshire Hathaway, a appris il y a longtemps que la plus grande marchandise de tous est le temps. L’un de ses secrets pour réussir ? Il a tout simplement maîtrisé la pratique consistant à se fixer des limites. Le méga-mogol a dit un jour :

La différence entre les gens qui réussissent et ceux qui réussissent vraiment, c’est que les gens qui réussissent vraiment disent non à presque tout.

Ils disent non aux opportunités et aux choses qui ne les excitent pas, qui ne parlent pas de leurs valeurs ou ne font pas avancer leur mission dans la vie. Ils refusent de passer du temps avec des personnes peu inspirantes, critiques ou négatives qui les entraînent vers le bas. Ils disent non au surmenage et à la négligence des soins personnels et de la famille. Ils reconnaissent que s’ils ne peuvent pas prendre soin d’eux-mêmes, tout le reste en souffre.

La vérité brutale que le leadership, en fin de compte, est vraiment une affaire d’amour.

Nous considérons souvent toute notion de leadership et d’amour à travers les enseignements spirituels de personnages historiques et religieux comme Gandhi ou Martin Luther King Jr. Mais une autre icône improbable du passé, l’entraîneur-chef des Green Bay Packers, Vince Lombardi, n’a pas mâché ses mots pour définir comment il dirigeait avec amour. Il a dit :

Je ne dois pas nécessairement aimer mes joueurs et mes associés, mais en tant que leur chef, je dois les aimer. L’amour est la loyauté, l’amour est le travail d’équipe, l’amour respecte la dignité de l’individu. C’est la force de toute organisation.

L’amour au sens de leadership au travail n’est pas un sentiment ; il s’exprime sous forme de « verbe d’action ». C’est l’amour qui se manifeste en répondant aux besoins des autres pour obtenir des résultats, en éliminant les obstacles sur le chemin des gens et en donnant aux autres les moyens de réussir et de grandir en tant que travailleurs et êtres humains. Il a une valeur intrinsèque tant pour le dirigeant que pour l’employé. En fin de compte, c’est ce genre d’amour qui définit certains des meilleurs PDG de la planète.

Source: Get Pocket.

C’EST POSSIBLE

7 vérités difficiles qui amélioreront du jour au lendemain vos compétences en matière de leadership.
Remontez
Share via
Copy link
Powered by Social Snap