C'EST POSSIBLE !

Aimé 

Pingi

Blogueur

CE MILITANT NOIR ÉTAIT L’UN DES HOMMES LES PLUS RICHES DES DÉBUTS DE L’AMÉRIQUE

Au printemps 1842, plusieurs milliers de Philadelphiens sont descendus dans la rue pour assister à l’un des plus grands enterrements de l’histoire de la ville. Ce fut un spectacle remarquable : Une procession interraciale qui comprenait tout le monde, des pauvres travailleurs noirs aux riches marchands blancs, en passant par les capitaines de navires et […]

CE MILITANT NOIR ÉTAIT L’UN DES HOMMES LES PLUS RICHES DES DÉBUTS DE L’AMÉRIQUE


Au printemps 1842, plusieurs milliers de Philadelphiens sont descendus dans la rue pour assister à l’un des plus grands enterrements de l’histoire de la ville. Ce fut un spectacle remarquable : Une procession interraciale qui comprenait tout le monde, des pauvres travailleurs noirs aux riches marchands blancs, en passant par les capitaines de navires et les expéditeurs. En ce jour de mars à Philadelphie, un observateur a écrit : « Les distinctions et les préjugés complexes semblaient … oubliés ». Un visiteur de Grande-Bretagne, qui se trouvait dans la ville ce jour-là, a été impressionné par les funérailles intégrées. Il s’est enquis du défunt : « Qui était cet homme ? »

Cet homme, James Forten, avait vécu une vie dans les débuts de l’Amérique que beaucoup de gens de son temps, ou même nous, rétrospectivement, ont eu du mal à imaginer. À une époque où les Noirs d’Amérique étaient opprimés et beaucoup réduits en esclavage, Forten a réussi à surmonter les difficultés pour devenir un riche fabricant de voiles et amasser une grande fortune personnelle. Mais l’histoire de Forten n’est pas seulement celle d’un Noir qui s’est hissé parmi les plus riches de Philadelphie, mais aussi celle d’un patriote dévoué qui a cru en la réalisation des idéaux de son pays pour tous ses citoyens – et, comme nous le couvrons dans l’épisode de cette semaine du podcast à succès d’OZY, The Thread, celle d’un homme qui a utilisé sa grande richesse et son privilège pour contribuer à alimenter un mouvement qui allait changer le cours de l’avenir de son pays.

Forten est né à Philadelphie en 1766 dans des circonstances modestes, mais légalement libre. C’était une époque de turbulences et de révolution, et le jeune homme a été témoin de l’occupation britannique de sa ville et de l’intensification de la guerre. Le jeune Forten, âgé de 10 ans, s’est même retrouvé dans la foule par une chaude journée de juillet 1776 et a entendu la Déclaration d’indépendance être lue au public pour la première fois – une expérience qui l’a accompagné toute sa vie.

Et lorsque les colonies américaines entrèrent en guerre contre les Britanniques, Forten s’engagea dans la lutte pour un pays qui, malgré sa rhétorique « tous les hommes sont créés égaux », ne le considérait même pas comme l’un de ses citoyens. Il doit vraiment décider, en tant que personne d’origine afro-américaine, où se situe sa loyauté, et il aurait été facile de dire : « Réveillez-moi quand la révolution sera terminée », déclare Julie Winch, auteur de A Gentleman of Color : The Life of James Forten. Mais Forten a rejoint la cause patriotique, explique-t-elle, « convaincu qu’elle finira par donner naissance à une société plus juste et plus équitable ».

Forten n’avait que 14 ans lorsqu’il s’est engagé dans l’effort de guerre en tant que marin. Après plusieurs années de combat, dont un séjour en tant que prisonnier de guerre à bord d’un navire britannique, Forten retourne à Philadelphie – où il deviendra l’un des hommes d’affaires noirs les plus prospères de la nouvelle nation. Commençant comme apprenti chez un voilier blanc nommé Robert Bridges, Forten gagna progressivement la confiance de son mentor, qui l’aida à son tour à gagner la confiance des capitaines de mer et des armateurs qui se tournèrent vers le jeune voilier noir pour leurs voiles une fois que Bridges prit sa retraite. Au fil des ans, Forten a bâti une entreprise florissante, avec une main-d’œuvre interraciale et l’objectif d’aider les travailleurs noirs de la rue à faire le saut vers des artisans qualifiés, comme il l’avait fait lui-même autrefois.

Mais Forten ne s’est pas arrêté là. « Il aurait pu simplement prendre l’argent et oublier le sort de la majorité des Noirs de sa ville natale », dit Winch, « mais ce n’était pas le système de croyance auquel il souscrivait ». Forten a consacré à la fois son temps et son argent à la double cause de l’abolitionnisme et des droits civils, et sa poursuite de ces objectifs a rapidement fait de lui un porte-parole de premier plan de la communauté noire – et un donateur important pour ceux qui cherchent à faire avancer des causes connexes.

Ainsi, lorsqu’un rédacteur en chef de 25 ans et fervent abolitionniste du nom de William Lloyd Garrison a demandé à Forten de l’aider à lancer un journal anti-esclavagiste appelé The Liberator en 1830, Forten n’a pas hésité à soutenir l’effort. Forten et Garrison sont devenus des amis proches, et Forten, alors âgé de 60 ans, a aidé à fournir au rédacteur en chef non seulement de l’argent mais aussi des présentations des dirigeants noirs de Philadelphie et un flux constant d’informations de l’intérieur. Forten a même écrit sa propre colonne pour The Liberator, qui allait devenir la plus importante publication anti-esclavagiste d’Amérique, sous le nom de plume « A Colored Philadelphian ».

Lorsque Forten mourut une décennie plus tard, des éloges et des condoléances lui vinrent de tout le pays et du monde entier. De Boston, c’est Garrison qui a peut-être le mieux résumé son ami, patron et mentor : « C’était un homme aux qualités rares, et digne d’être tenu en vénération jusqu’à la fin des temps. »

Source: OZY

C'EST POSSIBLE

Remontez
Our time: 9:39pm UTC
Share via
Copy link
Powered by Social Snap