C’EST POSSIBLE !

  • Save

Aimé 

Pingi

Blogueur

Angélique Kidjo espère combler un déficit de financement de 42 milliards de dollars pour les femmes africaines

JOHANNESBURG – Pour Angelique Kidjo, star mondiale de la musique, l’image de sa grand-mère devant utiliser un placard comme une banque l’incite à vouloir voir les femmes africaines sauter les nombreux obstacles pour obtenir du crédit – et du respect. La chanteuse d’origine béninoise, l’une des figures emblématiques de l’Afrique et collaboratrice de Philip Glass […]


JOHANNESBURG – Pour Angelique Kidjo, star mondiale de la musique, l’image de sa grand-mère devant utiliser un placard comme une banque l’incite à vouloir voir les femmes africaines sauter les nombreux obstacles pour obtenir du crédit – et du respect.

La chanteuse d’origine béninoise, l’une des figures emblématiques de l’Afrique et collaboratrice de Philip Glass et d’autres, est la voix d’un nouveau projet visant en partie à réécrire les lois à travers le continent qui empêchent des millions de femmes de devenir une force économique plus puissante.

Dans une interview accordée à l’Associated Press, Kidjo a décrit ce qu’elle a vu pendant des décennies de voyages en Afrique au cours desquels des femmes dans des marchés dynamiques souhaitaient avoir les moyens de faire plus.

“Pourquoi les banques accordent-elles plus de prêts aux hommes qu’aux femmes ? C’est la question que je me pose, dit-elle. “Des millions de femmes entrepreneurs en Afrique, elles n’ont pas de prêts contre les hommes. Une fois de plus, nous revenons à ce patriarcat. Et nous savons que les hommes paient moins que les femmes.”

Chaque fois que le crédit est refusé aux femmes africaines, qui investissent environ 90% de ce qu’elles gagnent dans l’éducation de leurs enfants et le soutien des familles et des communautés, contre environ 40% pour les hommes, c’est un désastre, a dit Kidjo. “Nous commençons à réduire le taux de pauvreté en Afrique au plus bas niveau jamais atteint. C’est ma passion. C’est pour ça que je suis là.”

Elle aidera la Banque africaine de développement à lancer la semaine prochaine l’AFAWA, ou Affirmative Finance Action for Women in Africa. Déjà, le groupe des grandes démocraties du G-7 a engagé 250 millions de dollars, et la banque fournit 1 milliard de dollars pour le projet qui sera déployé dans les 54 pays.

L’objectif est de recueillir 5 milliards de dollars pour aider à garantir les prêts, former les femmes aux questions financières et éliminer les lois et règlements qui rendent l’accès au crédit plus difficile. Les femmes africaines font face à un déficit de financement de 42 milliards de dollars même si une sur quatre démarre ou gère une entreprise, le pourcentage le plus élevé au monde, selon la banque.

Dans certains pays africains, les femmes ne peuvent pas ouvrir un compte bancaire sans leur mari ou leur père, ou les lois sur l’héritage ne leur laissent que peu ou rien. Ce qui signifie qu’il n’y a pas de garantie.

Mais les réformes commencent à porter leurs fruits. Dans le dernier rapport de la Banque mondiale intitulé Women, Business and Law, publié en 2018, 32 % des réformes suivies dans les pays d’Afrique subsaharienne portent sur l’égalité de traitement des femmes et des hommes dans l’accès au crédit et aux services financiers. L’Angola, le Congo et la Zambie se sont joints à d’autres pays pour interdire la discrimination fondée sur le sexe en matière de crédit, a-t-il dit.

Avec le nouveau fonds de financement des femmes africaines, ” nous serons en mesure d’aller aussi bas que quelques centaines de dollars de prêt… pour les personnes qui en ont le plus besoin “, a déclaré Vanessa Moungar, directrice du genre, des femmes et de la société civile de la Banque africaine de développement, de la France et du Tchad.

Elle n’était pas prête à annoncer d’autres engagements, mais a déclaré que les pourparlers se poursuivent avec les pays donateurs potentiels, y compris les pays africains. Avec une population de 1,2 milliard d’habitants qui devrait doubler d’ici 2050, la pression en faveur de la croissance est énorme.

“Regardez, les femmes sont l’une des forces les plus puissantes de la nature sur ce continent “, a dit Moungar. “S’ils peuvent être économiquement autonomes, la transformation sera accélérée comme on ne l’a jamais vu.”

Le lancement du nouveau projet de financement s’accompagne d’un indice permettant d’évaluer la performance des banques commerciales. “Quand ils viendront nous voir pour d’autres (prêts), nous dirons : “Qu’avez-vous fait pour les femmes ?” Moungar a dit.

Le projet est aussi en train de se responsabiliser, Kidjo et d’autres ambassadeurs étant censés prendre la parole s’ils pensent que le projet n’avance pas assez vite ou pas assez efficacement.

C’est vrai, dit Kidjo. “Je ne suis pas très patiente. Ces femmes, elles n’ont pas de temps à perdre. Leur gagne-pain est en danger. Je vais être très stricte.”

Les femmes à travers l’Afrique lui ont dit qu’elles ne voulaient pas de charité, a dit la chanteuse. Ils savent comment faire de l’argent, mais on ne leur donne pas la chance d’essayer.

Elle a rappelé les femmes du Ghana qui ont dû creuser un trou dans le sol pour cacher leurs revenus parce qu’elles n’avaient pas de comptes bancaires. Et lors d’une visite au Bénin le mois dernier, une femme lui a dit que pour obtenir un prêt de 5 000 CFA (8 $), elle devait présenter un acte de propriété et remettre 100 000 CFA en garantie.

Ces expériences ont contribué à inspirer un autre nouveau programme, le fonds de 100 millions de dollars de l’Initiative pour le développement et la prospérité des femmes dans le monde, géré par les États-Unis, avec des projets dans 22 pays en Afrique et ailleurs. Il s’agit notamment du Maroc, où les femmes bénéficient de nouvelles lois qui leur permettent de posséder des terres.

L’AFAWA axée sur l’Afrique, avec l’appui énergique du Président français Emmanuel Macron, sera lancée ce mois-ci au Rwanda à l’occasion du Sommet mondial sur le genre, qui réunit des banques multilatérales de développement du monde entier.

Lorsque ce pays d’Afrique de l’Est a modifié ses lois pour donner aux femmes l’accès à la terre, leur inclusion financière est passée de 36% à 63% en seulement quatre ans, a dit Moungar.

“Pouvez-vous imaginer ?” dit-elle. “Je veux que toutes les femmes sachent que c’est ce qui nous anime vraiment, nous et notre cœur. Nous travaillons pour eux et rien d’autre.”

Avez-vous aimé? Donnez-moi des étoiles 🙂

0 / 5 0
Partagez
Angélique Kidjo espère combler un déficit de financement de 42 milliards de dollars pour les femmes africaines
  • Save

Partagez :

Remontez
Share via
Copy link
Powered by Social Snap