Adut Akech, de réfugiée à top model international.

5 octobre 2019 MOTIVATION, PARTAGE


Le visage du nouveau parfum de Valentino partage son parcours de réfugiée à modèle international.

Je n’ai que 19 ans, mais j’ai l’impression que ma vie pourrait être un film. Ma famille a fui le Sud-Soudan et je suis née en route vers un camp de réfugiés au Kenya, où j’ai vécu jusqu’à l’âge de 5 ans, mais bien qu’il y ait eu de la peur au camp – vous savez, il y a un problème quand on voit des personnes âgées avoir peur – j’ai quand même eu l’impression que mon enfance a été normale. Je ne possédais évidemment pas beaucoup de choses, mais j’avais de la nourriture à manger et un endroit où dormir. Je n’avais pas beaucoup de vêtements, mais j’avais encore quelque chose à me mettre. Je me souviens juste de me réveiller tous les jours, de jouer avec mes cousins et mes amis, et d’être un enfant.

J’ai aussi de bons souvenirs après que nous ayons quitté le camp et parcouru le Kenya en attendant nos visas. Dans notre maison, il y avait toujours l’odeur étonnante du bakhoor, qui est de l’encens fait maison à base de bois avec des huiles parfumées et des épices. Ma mère nous cuisinait de la nourriture traditionnelle, et ces odeurs sont encore dans ma tête : des ingrédients délicieux comme l’ail, le cumin et la coriandre. Ma mère cuisine encore ce genre de nourriture, et l’odeur me rappelle la maison.

Adut Akech et sa mère, Mary Akech, aux Fashion Laureate Awards d’Australie en 2018.
Don ArnoldGetty Images

Quand j’avais 8 ans, nous avons déménagé en Australie, où ma tante et ma sœur aînée vivaient. J’étais excitée, surtout à l’idée d’aller à l’école, qui était trop chère au Kenya. Je ne parlais que le swahili et le dinka, ma langue maternelle, alors je suis allé dans une école avec des enfants du monde entier pour apprendre l’anglais. Je ne me sentais pas mal à l’aise parce que tout le monde n’était pas à sa place non plus. Mais quand j’ai été transférée dans une école ordinaire, j’ai été intimidée parce que j’étais grande et les enfants se sont moqués de mes dents cariées. Au début, je ne me sentais pas en sécurité, mais je me rends compte maintenant que ces traits me rendent unique.

Je savais que je voulais être mannequin la première fois que j’ai marché sur une piste à 13 ans. C’était le défilé de mode de ma tante et juste pour le plaisir. Une fois que j’étais assez grand, j’ai signé avec une agence. Quand j’avais 16 ans, je suis allé à Paris pour faire mon premier grand défilé de mode pour Saint Laurent, et c’est là que ma carrière a vraiment commencé.

Tout s’est passé si vite que je n’ai même pas traité ce moment, il y a seulement trois ans. Je crois beaucoup aux rêves, et je pense que si tu veux faire quelque chose, tu devrais le faire. Je suis un excellent exemple. Je suis restée engagée, dévouée et déterminée et j’ai travaillé comme une folle pour que mes rêves deviennent réalité. Quand les gens me disent que je suis leur modèle ou que je les ai inspirés à être plus confiants, c’est l’un des sentiments les plus gratifiants que je puisse avoir.

Je veux juste avoir un impact positif sur la vie des gens. Je travaille avec les Nations Unies pour aider les réfugiés parce que je veux montrer au monde que nous sommes comme tout le monde. Être un réfugié n’est pas un choix, et c’est quelque chose que beaucoup de gens ne comprennent pas. Je le dis tout le temps, et je le dirai pour le reste de ma vie : Peu importe où je finirai ou quel que soit mon succès, je serai toujours un réfugié, et j’en serai toujours fier.

Cette histoire paraît dans le numéro d’octobre 2019 de Marie Claire.


0 0 vote
Article Rating
close
Partagez
Adut Akech, de réfugiée à top model international.
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Remontez
Share via
Copy link
Powered by Social Snap